vendredi 25 juillet 2008

Carcassonne — La Marseillette







Sans état d'âme, je quitte Carcassonne. Je suis resté trois jours, en raison d'une avarie. J'ai passé l'après-midi à nettoyer Rosie, qui en avait bien besoin. Boue, herbes, poussière, cailloux, racines… Le Canal du Midi …C'est plutôt une piste de cross. En plein milieu de l'itinéraire prévu, une pierre coupante fait éclater une chambre à air de la biblimobile. Boulot de routine, sauf que l'imbécile singe que je suis s'est procuré DEUX chambres à air à valve Presta, inutilisables avec ma pompe. Arrêt obligatoire à La Marseillette, qui s'avère un fort joli village. J'y loge dans un sympa petit hôtel économique, accueillant, généreux. J'y rencontre des gens avenants, marrants, drôles. Un fantastique bon vivant gonfle mon pneu avec son compresseur. Sauvé pour le moment. Je remonte à mon lit vers 2h en vacillant, plus rosé que Rosie.

3 commentaires:

Patrick Dion a dit...

Grâce à Do, je suis maintenant au parfum de ton périple que je trouve, ma foi, fort tripatif. Je m'en souhaite d'ailleurs un similaire très bientôt. Merci et bonne route!

Miléna a dit...

Le rosé te va à ravir. Je roule itou sur les sentiers poussiéreux des villages de l'Acadie. Falaises rouges, rochers percés, vent salin de face (tout le temps), pluies diluviennes. Mais je suis moins audacieuse; j'ai mon auto pour transporter La Rougissante (nom temporaire), quand mes cuisses ne la suivent plus. Ça viendra. Oh oui. Ça viendra.

Gomeux a dit...

Ben coudonc, tu vas te mettre en forme on dirait bien.
À pomper les Presta, je veux dire.