dimanche 31 août 2008

Charles Baudelaire ; 9 avril 1821 - 31 août 1867

Me sauvant de tout piège et de tout péché grave,
Ils conduisent mes pas dans la route du Beau ;
Ils sont mes serviteurs et je suis leur esclave ;
Tout mon être obéit à ce vivant flambeau

2 commentaires:

Mistral a dit...

Toé pis tes vieux poètes plates! Paraît même qu'il avait des maladies galériennes.

Doux Jésus, ce coup-ci je finis en enfer, c'est sûr...

J'avais juste envie de te dire allo.

É. a dit...

Allo.

J'en chie, y a pas à dire, j'en chie par les temps aui courent. Pis les astis de claviers azerty !