vendredi 1 août 2008

La fin ?




On m'a volé ma Rosie ce matin.
Je ne sais plus rien.

65 commentaires:

Mélanie J. a dit...

NON!

Gomeux a dit...

No fuckin' way...

Man.

Stie.

À quoi bon tout...

J'arrive.

On va le pogner par les gosse le tabarnac.

É. a dit...

Chu inconsolable…

Gomeux a dit...

Je travaille sur kekchose.
T'a peu.

Anonyme a dit...

toujours nul à chier quand ça arrive et dans le cas de ta Rosie ça doit être rushant hallucinant
je sympathise à l'os avec toi l'voyageur

vvv

É. a dit...

Eh, Gom… de kessé ?

Caz, longtemps pas vu. Merci du mot. Je braille comme une fifille depuis deux - trois heures… Pathétique.

Gomeux a dit...

Bon pour tout t'avouer, j'ai tout de suite eu l'idée de faire un genre de ramassage de fonds pour t'acheter une Bérengère ou ske tu voudras.

Pis jme suis souvenu de ton Revigorer Rosie. C'est impossible d'être plus à propos.
Ça va être crissement moins compliqué de même.

Tsé, 15-20 piass par visiteur, t'en à quand même quelques uns, n'est-ce pas?
Tu vas rouler man, fie-toué su moué.

Tout cas.
Check ton mail dans pas long.

Miléna a dit...

NOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOON!

Pas Rosie?
Ta Rosie?
Notre Rossinante ailée?

je pleure avec toi, Monmac. Je te jure.

Tabarnak de côlisse.
Sais pas quoi dire de plus. J'en reviens juste pas.

jo jaguar a dit...

Maudit français!
Désolé!
Ce serait pas plutôt une fugue?
(dans le cas de disparition la police privilégie toujours l'hypothèse de la fugue)

Julie-Jeanne a dit...

Oh! Non! NON ! ... GRRRRRRRRR!!!
Je ne sais évidemment pas quoi dire d'autre.
...
Et s'il n'a pas fait ça en situation d'extrême urgence, poursuivi par une meute de chiens enragés, qu'il crève en enfer, ce salopard! Ou bien, tiens, égorgé par une meute de chiens enragés.

Je pense à toi. Gros hug.

J-J

É. a dit...

:_0(

rwatuny a dit...

FUCK !

big mama a dit...

Joliment sale la vie quand on s'y penche...
Pourquoi t'as dit que ta vie commençait ce soir? Rosie l'a peutêtre mal pris...Tout continue.
Je mets une contribution dans Revigorer Rosie.
gros calin, tabarnak, je te renvoie une partie de mes hugs en banque. Si je peux kek chose...

É. a dit...

Vrai que c'est dingue comme synchronisme. Disons qu'en jetant le petit cœur dans la Méditerra je complétais une sorte de serment. Un… cycle. Et je comptais repartir, lavé, comme… Mais Rosie, euh… Rosie c'est une partie de moi. Je suis amputé.

É. a dit...

Merci pour tout… Tout le monde… Merci…

Lorazepam a dit...

Je suis choquée! Je ne sais pas quoi dire... :O
Tu dois être inconsolable, mais j'aimerais faire quelque chose de plus que t'envoyer mes encouragements virtuels. Dis-moi comment faire pour contribuer concrètement.
xxx

Julie-Jeanne a dit...

Elle parviendra peut-être à s'échapper...

Et si tu placardais des avis de recherche dans les environs? Avec une photo de Rosie? En donnant quelques explications sur ta situation et sur ton projet? Sur QUI est Rosie?

Qui sait? Ça vaut peut-être le coup d'essayer...

J-J

Anonyme a dit...

AAAAARRRGH!
Les hostie d'égoïstes à marde!

J'ai l'coeur serré.

Coraje !

Doodle

rwatuny a dit...

D'accord avec JJ.

Elle s'est faite enlevée où la belle Rosie ?

Je vais poster une affiche sur mes réseaux sociaux. On sait jamais.

Noug. a dit...

Ben non.
Ben non non non.
Nenon.

Faut qu'on la retrouve, faut qu'elle revienne.

Maudite marde.

j't'avec toé, Mac. xxx

jo jaguar a dit...

http://www.voldevelo.com/

vinosse a dit...

C'est pas pour dire, mais dans c'te région-là, c'est une sale manie...la fauche!

Doparano a dit...

Je pense à toi Mac, et je suis avec toi dans ta quête de la retrouver, pis si financièrement Gom peut t'aider, je m'y met aussi. (Gom tu sais comment me rejoindre).

La police, pourra peutêtre qq chose, et l'idée de placarder la ville avec sa photo t'aidera peut être.

Courage mon beau. xxxx

É. a dit...

Croyez-moi, ce déferlement de sympathie me rend bien mal à l'aise, mais réchauffe mon âme en peine.
Merci. Merci. Merci.

………

Pour les curieux, voici les circonstances de ma plus récente tragédie ordinaire :
Ma très chère Rosie a été piquée à l'intérieur de l'immeuble de mon hôtel, entre hier soir et ce matin, dans la remise à vélos, à côté de l'escalier. En raison des espaces restreints et des multiples déplacements d'objets encombrants, les hôtels ont souvent à fourrager dans les vélos pour se frayer un chemin. C'est comme ça qu'on fausse les rayons d'un vélo arrimé. C'est arrivé hier et j'ai temporairement défait l'anti-vol pour accommoder mes hôtes (qui me juraient par tous les saints que les vélos ne risquaient rien à cet endroit), ce qui a certainement contribué au méfait. Malgré l'absence de verrouillage, il fallait aussi que les voleurs pénètrent dans l'édifice, reniflent le coin vélo, choisissent le plus absurde (coût très élevé mais valeur de revente nulle + ajustements très pointus parfaits pour moi, juste pour moi) et se barrent avec. C'est quelque chose. Ils ont laissé la remorque. Les cons.


SIGNES DISTINCTIFS : Elle en a plein ! Barre triathlon sur le guidon, coussins artisanaux pour les paumes recouverts de scotch gris métallique, bitte d'amarrage pour une remorque fixé sur l'axe de la roue arrière, lampe à l'avant du porte-bagage avant, rehausse-guidon Satori, pompe, deux porte-bidons, cale-pieds, pneus flambants neufs Hutchinson, installation artisanale pour fixer un GPS au milieu de la barre triathlon, cadenas en U (anti-vol) Toplock FIXÉ AU PORTE-BAGAGE arrière (argh.)…

De plus, les décalques et logos sont entièrement masqués par une peinture verte en bombe, qui bigarre absolument tout du vélo, dérailleurs, roues, rayons, jantes, pédales, tout ! Rien n'est revendable ! Bon sang. En tout cas…

………

Croyez-le ou non, à l'heure qu'il est, vous avez été plusieurs à revigorer Rosie. Ça me touche tellement que si j'arrivais à cesser de pleurer la perte de ma bicyclounette adorée, je recommencerais à cause de vous. À cause de vous aussi, je crois bien que je n'ai pas le choix de continuer. Si demain je n'ai pas retrouvé ma belle verte, j'irai à Narbonne acheter le meilleur machin que vos dons me permettent de me procurer. Si par contre ma Rosie me revient, je vous rembourserai tous et toutes en souriant de toutes mes dents.

Pour répondre à Lorazep et aux autres qui pourraient se poser la question, il suffit pour envoyer de la tune de cliquer sur le bouton « Revigorer Rosie », qui mène à un moteur Paypal. Évidemment, ça ne sera plus Rosie, à moins d'un miracle. Ça sera autre chose. Mais ça reste le même bouton au moins jusqu'à demain soir.

Je vous aime toutes et tous.
Vous me comblez.
On dirait que j'irai bel et bien à Sète.
Même si ça doit être sur un vieux crado en fer forgé.


besos,
&.

jo jaguar a dit...

Demandez à l'aubergiste de revigorer Rosie lui-aussi!!!

Article 1952 - Les aubergistes ou hôteliers répondent comme dépositaires, des vêtements, bagages et objets divers apportés dans leur établissement par le voyageur qui loge chez eux; le dépôt de ces sortes d'effets doit être regardé comme un dépôt nécessaire.

Article 1953 - Ils sont responsables du vol ou du dommage de ces effets, soit que le vol ait été commis ou que le dommage ait été causé par leurs domestiques et préposés, ou par des étrangers allant et venant dans l'hôtel. Cette responsabilité est illimitée, nonobstant toute clause contraire, au cas de vol ou de détérioration des objets de toute nature déposés entre leurs mains ou qu'ils ont refusé de recevoir sans motif légitime. Dans tous les autres cas, les dommages-intérêts dus au voyageur sont, à l'exclusion de toute limitation conventionnelle inférieure, limitée à l'équivalent de 100 fois le prix de location du logement par journée, sauf lorsque le voyageur démontre que le préjudice qu'il a subi résulte d'une faute de celui qui l'héberge ou des personnes dont ce dernier doit répondre.

http://www.voslitiges.com/consommation/m42.html

big mama bis a dit...

C'est un autre cas où la fin justifie les moyens. Bon.
Actionnes l'hotel pour vol.
Appelles les flics, personne n'aime les esclandres. Vas-y ou on le fait pour toi!!!
vroom vroom ti père, les imprévus nous forcent à contempler l'image dans un autre sens.
on t'aime, ça a l'air...

Miléna a dit...

oui, on t'aime. Et on aime Rosie. Elle est emblématique. J'espère que tu garderas le nom de ton blog intact. Je vote pour une cérémonie virtuelle. Quelqu'un a une idée?

manon a dit...

J'peux pas paypaler, j'suis paumée. mais j'ai une pensée pour toi...

Lâche pas ta route. Arrive tout plein d'embûches à tout plein de monde. Faut juste pas lâcher.

l'important est la route...

On est derrière.

Claude Bernier a dit...

Fuuuuuuuuuuuuuuuuuuck!
C'est de l'ostie de marde ça!
Je vais participer à l'effort de groupe par paypal mais je ne pourrai probablement pas le faire avant dimanche... garde l'acompte ouvert pour le weekend!

Bon courage surtout. Comme dit Manon, l'important c'est la route.

Claude

Mercurius Mendax a dit...

C'est une catastrophe, pour nous tous aussi. Courage!

Mon paypal étant bloqué pour "transactions suspicieuses" il me faudra quelque temps avant de pouvoir participer, ce que je désire de tout coeur.

Sophie K. a dit...

Mierda de mierda !
Fais raquer l'hôtel, sont responsables, ces salauds.
On pense à toi ici aussi.
(T'es allé voir les gendarmes, quand même ?)

Gomeux a dit...

Avec le recul, c'est vraiment Jo Jag qui a raison.
Que l'aubergiste rembourse jusqu'à cent fois le prix de Rosie.

Ou qu'il la remette, spa drôle pantoute comme blague.

Et que je ne te voie pas me rembourser mes cinq Euros.
Si Rosie revient, tu t'achèteras un Partagas.

Daniel a dit...

Je suis contre la torture, sauf pour ce qui est des voleurs de bicyclette. Dans ce cas la torture devrait être obligatoire...

É. a dit...

Plusieurs d'entre vous, des fous-furieux, sans nul doute, se sont ajoutés au cours de la nuit aux nombreuses mains qui se sont tendues depuis hier pour me donner une poussette dans ce raidillon. Je vous en sais infiniment gré. La tête me tourne ! Voilà ce que j'ai décidé : Si je réussis à me procurer un vélo, je vais inscrire vos noms sur le cadre, j'en fais le serment.


...


Manon, Claude, Sophie, bonjour et merci d'être là ! C'est énorme. Mercurius, je te tiens au courant. Dan, la torture a bel et bien lieu. Ma ptite Rosie verte me manque à mort… C'est dingue, je l'aimais comme on ne devrait pas aimer un objet fabriqué.


...


Chers vous tous et toutes, je vais suivre le conseil de Jag et me renseigner de ce côté. Mais si les dernières années m'ont montré quelque chose de la « société de droit », c'est bien que d'avoir la loi pour soi ne veut rien dire. Faut pouvoir contraindre à s'y plier, et de façon exécutoire.

En plus, j'ai pas trop envie de longues procédures et de batailles en cour. Où habiterais-je dans l'intérim ? Comment financerais-je une telle démarche ?

Ce matin je vais parler à mon (hyper sympathique) hôtelier. Je vais lui demander d'appeler son assureur. Ensuite, je jouerai tout ça à l'oreille. Quant à déposer plainte contre l'hôtel, je ne sais même pas en quoi ça consiste ! Pour vous donner une idée de mon ignorance de l'administration française, c'est hier que j'ai su que les gendarmes ne sont pas des policiers et ne relèvent pas du même ministère.

Beaucoup de trucs vont se jouer aujourd'hui. Une chose est certaine, même si je trouvais un vélo sous mon lit, la mise-à-niveau pour lui permettre de rouler (ne serait-ce que pour les porte-bagages et la sécurité) irait chercher une forte somme. J'ai vraiment les jambes coupées. Deux ou trois solutions à l'horizon. Je vous tiens au courant.

Encore merci à toutes et tous !
On continue comme prévu.

Sophie K. a dit...

A la gendarmerie, tu peux porter plainte "contre X" pour le vol de Rosie. Ca ne sert pas à grand chose, mais ça permet aux gendarmes de faire quelques recherches, sachant qu'ils connaissent souvent bien les habitants d'une ville, surtout si elle est petite.
Je ne pense pas que la personne qui t'a pris ta Rossinante l'ait fait forcément par malveillance. C'était peut-être un gars bourré qui voulait juste rentrer chez lui, ou un truc du genre. Passer une annonce ou la placarder dans les environs (je ne sais pas où tu es exactement) peut aussi servir, on ne sait jamais...
On t'embrasse fort en tout cas.

lilas a dit...

Ouch! Ça fait mal.

Éric, tu ne peux pas imaginer plus renouveau que ça...

Je penses à toi, besitos

Doparano a dit...

J'pensais la même chose que lilas. Même si la perte de rosie est une tragédie, ça veut peut être dire que la route à venir elle se fera sans les fantômes de ta morte et de tout ce qui te pèse lourd.

Scuse moi, c,est ma maudite manie à toujours tenter de trouver du positif partout.

Virge a dit...

J'ai l'air sortie de nulle part mais je te lis (silencieusement) depuis le début de cette aventure.

Ton expérience me fait penser à celle d'une certaine Catherine (http://www.catavelo.monblogue.com) qui a fait la traversée de l'Afrique à vélo pendant 4 mois pour finalement tomber et se casser un bras quelques semaines avant la destination finale. Ce qui était beau dans son histoire, c'est qu'un de ses coéquipiers l'a transporté sur les derniers kilomètres pour qu'elle puisse terminer symboliquement la traversée.

Je me joins donc aux autres pour t'aider à terminer symboliquement ton périple.

Et je suis aussi positive que Do: quand il y a quelque chose qui se termine, c'est qu'il y a quelque chose de nouveau qui commence.

Bon courage!

Anonyme a dit...

Je pleure avec toi...
C'est affreux.
Incroyable.
Cil

gaétan a dit...

Tout heureux de venir te lire après avoir réglé mes problèmes d'ordi j'apprends qu'on t'a volé ta Rosie c'est plate en sacrament!

É. a dit...

Ce matin, je vais voir les gendarmes, c'est pas les mêmes qu'hier. Sont pas bien gentils. On m'éjecte sans ménagement. Je parle à mon gentil hôtelier de vos idées d'assurance, il menace de me foutre dehors, me fait qu'il vient d'un certain milieu, que j'ai qu'à partir, si je suis pas content. Je regarde ses jointures. Je souris. Je reste très calme. Rien à gagner.

Mon pote Jak de la Dune me goupille un truc avec un légendaire fou d'atelier de Toulouse, un gourou du cycle. Reste plus qu'à trouver une crèche, des amis du même Jak, rencontrés au Pilat, me prennent chez eux. J'en braille, après tout ce froid en pleine canicule.

Je sors tout mon bazar sur la rue, le chauffeur d'autobus est impatient, il est en retard, il me demande de prendre le prochain, dans une demi-heure. Ok. J'empile tout bien paqueté dans la bibli-mobile. Le suivant arrive, 45 minutes plus tard. La remorque est trop grande. Ça n'entre pas. Je commence à démonter, le type veut pas attendre, il se barre. Dit que le prochain est bientôt. Le prochain, il arrive pas. Ça fait maintenant 2 heures que je poireaute devant l'hôtel maudit où on m'a volé ma Rosie. Je retourne voir l'horaire. Le prochain est dans une heure. J'attends. J'ai pas lunché. Il est maintenant 15h30. Finalement, c'est à 18 heures que je quitte le village, grâce aux soins d'un simple passant, qui a lié conversation, un de ces types qui donnent envie de croire encore un peu à l'humanité au milieu d'une forêt de presse-citrons secs et froids.

Entrer tout ça dans la gare est un défi. Je ne peux pas tout prendre d'un coup. Ça tombe par terre, ça glisse, ça scie les épaules. Faut que je fasse de courts aller-retours. Finalement je réussis à tout mettre dans la remorque sauf la gratte, le sac ordi, et quelques broutilles. Je traîne tout ça dans la gare surchauffée, je réussis à éviter les escaliers en passant par le pont des chaises-roulantes. Encore un brave type comme le sont souvent les employés des gares et des trains.

Je hâle tout dans le wagon. Puis de l'entrée à la première place. Je fais une montagne de stock avec mes sacoches. J'ose pas aller pisser. M'endormir. Ça y est, je suis devenu parano ! Medre.

Acceuil à Toulouse, au rouge et à la Toulouse. Fantastique. J'ouvre la machine en me couchant, et je vois des tas d'autres coups de pouces dans ma boîte de réception. Des tas ! Des connus et des inconnus !

Je tombe de sommeil, ça se ferme tout seul, je dodeline.

Je vous aime, tous et toutes.
Y a plus Rosie, mais y aura autre chose.
Je peux presque le voir.

Encore et encore et encore merci.

&.

Mendelien a dit...

Stances à un cambrioleur (Brassens)

Prince des monte-en-l'air et de la cambriole
Toi qui eus le bon goût de choisir ma maison
Cependant que je colportais mes gaudrioles
En ton honneur j'ai composé cette chanson

Sache que j'apprécie à sa valeur le geste
Qui te fit bien fermer la porte en repartant
De peur que des rôdeurs n'emportassent le reste
Des voleurs comme il faut c'est rare de ce temps

Tu ne m'as dérobé que le stricte nécessaire
Délaissant dédaigneux l'exécrable portrait
Que l'on m'avait offert à mon anniversaire
Quel bon critique d'art mon salaud tu ferais

Autre signe indiquant toute absence de tare
Respectueux du brave travailleur tu n'as
Pas cru décent de me priver de ma guitare
Solidarité sainte de l'artisanat

Pour toutes ces raisons vois-tu, je te pardonne
Sans arrière-pensée après mûr examen
Ce que tu m'as volé, mon vieux, je te le donne
Ça pouvait pas tomber en de meilleures mains

D'ailleurs moi qui te parle, avec mes chansonnettes
Si je n'avais pas dû rencontrer le succès
J'aurais tout comme toi, pu virer malhonnête
Je serais devenu ton complice, qui sait

En vendant ton butin, prends garde au marchandage
Ne vas pas tout lâcher en solde au receleurs
Tiens leur la dragée haute en évoquant l'adage
Qui dit que ces gens-là sont pis que les voleurs

Fort de ce que je n'ai pas sonné les gendarmes
Ne te crois pas du tout tenu de revenir
Ta moindre récidive abolirait le charme
Laisse-moi je t'en prie, sur un bon souvenir

Monte-en-l'air, mon ami, que mon bien te profite
Que Mercure te préserve de la prison
Et pas trop de remords, d'ailleurs nous sommes quittes
Apres tout ne te dois-je pas une chanson

Post-Scriptum, si le vol est l'art que tu préfères
Ta seule vocation, ton unique talent
Prends donc pignon sur rue, mets-toi dans les affaires
Et tu auras les flics même comme chalands

jo jaguar a dit...

Est-il possible d'avoir le nom et l'adresse de l'hôtel de cet enfoiré.

É. a dit...

J'ai mis en lien le site de Catavelo dont parlait Virge ci-haut, dans la section Rosie roule roule de mes liens.

Pour la petite histoire, je tiens à dire que jusqu'à l'incident, cet hôtel était un havre de sympathie. Dans une région où des campings prennent 44€ pour un emplacement en rocaille sans arbres ni rien, une chambre à 40€, c'est un délire de modestie bien rafraîchissant. Le gentil hôtelier a été vraiment super. Il m'a prêté un mini frigo quand je suis arrivé, une rallonge, la Wifi marche, ouverte, tout ça sans le moindre supplément, ce qui, croyez-le ou non, finit par toucher, dans un pareil coin de suceurs de sang. C'est un bon petit monsieur, le gentil hôtelier de l'Hôtel de la Plage, Place des Karantes à Narbonne Plage. Et je recommande chaudement son établissement. Faut juste insister pour emmener votre Cannondale ou votre Surly Long Haul Trucker dans la chambre. Insister beaucoup. Parce que sa remise à vélo, contrairement à ses protestations, elle n'est pas sûre.

Matheo a dit...

the crunch

too much too little

too fat
too thin
or nobody.

laughter or
tears

haters
lovers

strangers with faces like
the backs of
thumb tacks

armies running through
streets of blood
waving winebottles
bayoneting and fucking
virgins.

an old guy in a cheap room
with a photograph of M. Monroe.

there is a loneliness in this world so great
that you can see it in the slow movement of
the hands of a clock

people so tired
mutilated
either by love or no love.

people just are not good to each other
one on one.

the rich are not good to the rich
the poor are not good to the poor.

we are afraid.

our educational system tells us
that we can all be
big-ass winners

it hasn't told us
about the gutters
or the suicides.

or the terror of one person
aching in one place
alone

untouched
unspoken to

watering a plant.

people are not good to each other.
people are not good to each other.
people are not good to each other.

I suppose they never will be.
I don't ask them to be.

but sometimes I think about
it.

the beads will swing
the clouds will cloud
and the killer will behead the child
like taking a bite out of an ice cream cone.

too much
too little

too fat
too thin
or nobody

more haters than lovers.

people are not good to each other.
perhaps if they were
our deaths would not be so sad.

meanwhile I look at young girls
stems
flowers of chance.

there must be a way.

surely there must be a way that we have not yet
thought of.

who put this brain inside of me?

it cries
it demands
it says that there is a chance.

it will not say
"no."

-Charles Bukowski

É. a dit...

Je jure sur la tête de tout ce qui m'est sacré que je le l'avais pas réalisé. Mon voyage a commencé au Québec, l'an dernier, le premier août. Et un an après, jour pour jour, Rosie disparaît. C'est fort.

Je crains le pire pour le 9, jour de ma rencontre avec Ambroise. Mais bon… Si vous le connaissiez ! Il ne peut rien lui arriver. Un jour un épervier l'avait amené dans son nid pour le dépecer. Ambroise lui a tellement raconté d'histoires drôles que le pauvre oiseau est tombé du nid et a mis trois jours à pouvoir voler de nouveau. Quand il a réussi à remonter, il découvert un Ambroise devenu ami éternel de ses trois oisillons. C'est d'ailleurs grâce à sa connexion volatile qu'Ambroise peut voyager d'un continent à l'autre.

En tout cas. Si j'avais voulu l'écrire, j'aurais pas fait comme ça. Ça a l'air arrangé avec le gars des blogues. Mais euh… C'est ainsi. Ou comme dirait Souad qui m'héberge : « mactoub ».

McDoodle a dit...

Et qu'est-ce que ça va être fin septembre ?!
Au pire, un p'tit dèj entre amis.

'nique a dit...

Et je ne peux même pas te faire un câlin!

Je suis vraiment émue, c'était toute une dame Rosie.

gaétan a dit...

Justement j'ai fin un clin d'oeil à Ambroise ce matin. Et ça non plus c'est pas arrangé avec le gars des vues. Y a des hasards....
J'espère que les affaires s'arrangent pour toi.
J'ose un commentaire: et si tout ce qui t'arrive était un signe du destin, un message....

Doparano a dit...

À propos de l'inscription de mon nom , t'écris ce que tu veux.

C'est ton bécyk

gaétan a dit...

J'avais beau être en congé aujourd'hui j'étais ben occupé.
Parce que j'aime la liberté et les passionnés j'embarque....

vinosse a dit...

Y'a pas mon nom sur la liste à graver?

Ouiiiiiiin...

É. a dit...

Doodle : ça me ferait vraiment du bien, ça !

Nique : câlin virtuel bien reçu. Et renvoi d'ascenseur à la clé.

Gaétan : mon cher, j'espère de rouler à tes côtés bientôt !

Dopa : je vais écrire Doparano. En fait, pour ceux d'entre vous qui sont des bloggeurs, à moins d'une indication contraire, j'inscrirai votre avatar. :0)

Vinosse : Oups. Y doit y avoir eu un os, mon chéri, j'ai pas reçu de notification. Je t'inscris tout de même ! :0)

gilbert a dit...

chiotte, chiotte, je n' ai pas regardé le forum voyageforum et tu étais là pas loin de chez moi et dans la M....
où es tu? où en es tu? as tu besoin d'un coup de main ? réponds sur voyageforum svp
je suis prés de NARBONNE et en marchant sur le chemin de halage je t'ai vu passer au loin me semble t il

gilbert a dit...

je viens de lire que tu avais pris le train pour toulouse ( si je ne me trompes pas désolé de mon absence à ce moment là, j' étais juste à côté de toi, ça ne devait pas se faire....j' espère qu'au dela de cette " perte" tu pourras rebondir
bonne chance pour la suite
@+gilbert

Anonyme a dit...

salut
je viens de lire et je suis catastrophée de ces mots, je t'ai rencontré avec Rosie et savoir que vous êtes séparés m'attriste beaucoup.
quel connard a bien pu faire ça ??
de tout coeur avec toi, il faut garder espoir, elle reviendra.

marie

É. a dit...

Gilbert ! Je te ferai signe en passant par Narbonne. Je suis en train d'acheter un vélo de remplacement avec l'aide de tous mes mimis de lecteurs et lectrices plus dingues les uns que les unes et qui me forcent à continuer !

Marie ! Longtemps pas vue. Beeeh… Je suis très triste aussi, mais je vais reprendre la route. :0I
À +

Miléna a dit...

Est-ce que Jarvis t'a rendu visite? Me semble que d'habitude, il apparaît dans ces moments-là... En tout cas, je lui ai envoyé un message en ronds de fumée, au cas où il serait en train de batifoler dans les montagnes. J'ai pris ma vieille catalogne pour faire les signaux. En fumant le calumet.
xxx

É. a dit...

Milena : Jarvis et Ambroise sont partis chacun de leur côté régler des trucs à eux. Mais je compte bien croiser bientôt leurs routes. Ceci dit, j'espère que la prochaine monture parlera elle aussi Escargois. Ambroise ne parle pas un mot d'Humain et, personnellement, je n'en suis qu'aux balbutiements dans sa langue. Nous comptions un peu sur Rosie pour nous permettre de soutenir des conversations vraiment profondes.

Je suis certain qu'elle sera heureuse où qu'elle sera, même au fond du canal, ou aux côtés de ma belle, au fond des mers…

Doparano a dit...

Est ce que t'as réussi à amasser une somme te permettant de trouver un vélo interressant ??

VVV a dit...

come on, man
j'suis en train d'virer mongol
ça fait trois jours que tu l'achètes ce bécik'
quand est-ce qu'on verra des photos de la bête ?

Mistral a dit...

Qu'est Don Quichotte sans Rossinante? Il demeure Don Quichotte.

Un joual est un joual, un bécyk est un bécyk. Big Mac est un homme, qui marchera sur pieds ou sur genoux, ou sur tronc s'il le faut, vers sa destination (qui est à mon avis de revenir à la maison, but what do I know? et rien ne presse).

VVV a dit...

bah
j'ai trouvé des visegrips
je peux m'arracher les ongles de pied avec en attendant
c'était juste une figure de style
mais bon
on parle quand même vélo ici
comme de blonde presque
Éric, elle aura un repose patte sur le devant du guidon comme la vieille ?
t'as trouvé de quoi pour attacher la remorque ?
pour t'enligner le gps ?
quelle couleur elle sera ?
noir mat avec des trucs gravés au couteau partout dessus ?
hey man, je capote à essayer de me l'imaginer ton prochain Jolly Jumper
vraiment
et je crois pas trop fucker le chien en croyant que je parle au nom d'une multitude quelconque
come on
je veux au moins voir la shop
t'en encore ton kodak, non, Don ?

arr

Anonyme a dit...

Christian, qu'est ce qu'home anyways ?

véchose

Mistral a dit...

Bonne et belle question bien vicieuse, comme je les aime. Suis bouché. I guess home is like pornography: I can't say what it is, exactly, but I know it when I see it...