mardi 28 octobre 2008

L'Instit

Lorsque je la rencontre pour la première fois, elle est sur la place du marché en plein air, un samedi matin. Elle gesticule et appelle les passants des deux mains tout en hennissant :
— Approchez, approchez, je prends vos photos pour mon blog ! Vous allez être sur mon blog !
Dans une main elle tient un gros Olympus et tout en bougeant ses bras dans tous les sens, clique et reclique sur le déclencheur comme un gamin sur sa console.


Trois jours plus tard, mon pote m'emmène chez elle, qui a une chambre à louer. Nous nous présentons, elle nous montre la chambre, nous sourions tous, la situation semble normale. Jusqu'à ce que je lui écrive mes coordonnées sur un bout de papier. Elle regarde la note et glapit d'un rire moqueur. Je ris aussi, de bon cœur, je suis comme ça, moi, je me réjouis d'avance de ce qui risque de m'amuser. Alors elle dit :
— Ah, ah, t'as fait une faute dans ton propre nom !
Comme je suis plutôt sobre depuis quelques mois, je m'étonne. Je me penche pour voir et elle pose l'index sur la feuille en se moquant :
— T'as mis un accent sur le É.
— Beeeh… Ça s'écrit ainsi. C'est…
— C'est une faute. On ne met pas d'accent sur les majuscules.
— Euh, pardonne-moi, c'est mon nom. Et puis, j'ai une formation de typographe et je t'assure…
— Au Québec peut-être… Mais en FRANCE, c'est une faute de mettre un accent sur une majuscule.
— Mais non. C'est toléré en France d'omettre l'accent, pour des raisons qui m'ont toujours échappé, si ce n'est qu'un souci d'économie datant de l'ère industrielle…
— Je suis INSTIT', tu vas pas m'apprendre ce que c'est que la langue française ! Je suis FRANÇAISE, moi !

Là je me tais.


Quelques jours plus tard je vais voir son blog. C'est cousu, garni, gratiné de fautes. Je songe avec effroi à toute lé élaive ki on dues aprendrent avek sette prof ai je conprens an faim pourkoi les Franssai ne disting plu le futures du contidionnels.

42 commentaires:

pHiLoGrApH a dit...

La seule vraie faute, en France, c'est d'être qÚÊbËcÕÍs.

Ça me rappelle cette fois où une Parisienne m'expliquait que les Parisiens, les vrais Parisiens, n'ont, par définition, pas d'accent (pas le typographique, cette fois).

Mercurius Mendax a dit...

Respectons la foi de l'instituteur. C'est le soldat de la laïcité.

Gomeux a dit...

J'ai lu ton titre et j'ai tout de suite pensé que t'allais nous parler d'une institution, un asile pour les fous, tsé.
J'étais pas complètement dans le champ finalement.
Chu pas françâs. On me pardonnera.
J'ai pas eu d'Instituteur.

sandra gordon a dit...

La compétence, c'est comme la confiture...

Miléna a dit...

en plus, ses photos sont moches. À ce qu'il paraît... :0)

Vinosse a dit...

Moi aussi, môssieu je suis français, et je vous dis "Bravo"!

Je sais le nombre d'imbéciles qui peuplent la France et qui malheureusement s'attachent à leur sol de glaise...

J'en souffre énormément...

Mais bon, faut pas rêver: on peut toujours tenter de lire les visages, souvent c'est des symboliques personnelles qui nous font les aimer d'abord...


Bref, il est où le lien de son blog ?

Je vois que le sondage est terminé et que ma proposition est arrivée en tête, ex-aequo avec celle dépourvue de fondement...

Que faut-il en déduire de tout ça?

Gaétan Bouchard a dit...

Tu nous offres une belle leçon Éric.

Tu me confirmes que nous n'avons plus rien à envier aux Français en matière de lettres.

On peut et on doit faire mieux.

Si ça se trouve, un jour le Québec enverra des missionnaires en France pour leur réapprendre le français!

É. a dit...

Philo : c'est vré qu'y z'ont pas d'acson, à Pâris. Pour ça que le soir, ils mangent des pattes et que leur chien s'est cassé la pâte.

Mercu : OUAIS ! Clac-clac (bottes) !

Gom : tout est pardonné.

San : et la tendresse, bordel !?

Mil : ses photos ne sont pââs moches. Elles sont différentes. Les nombreux artistes (professionnels) du village qualifient son créneau de « photo de style KGB ».

Vino : il y a un second tour, et Flandormant est parti pour faire un Chirac. En cas de seconde égalité, nous serions obligés de créer un Diumvirat et de nomme mon héron Flandormine ou Frandormant. Ou encore Francine Flandormant. Enfin. Vive la démocratie.

Butch : nous aurons toujours, pour l'éternité, à envier beaucoup à la France au plan littéraire. Je me fous des prix littéraires, mais ici, quand le Renaudot sort, c'est le premier item aux nouvelles, juste avant « Taiwan rayée de la carte par un typhon ». Par chez nous, beeeh… un Québécois a reçu le Booker Prize et personne n'en a entendu parler.

Puis… Quand un quelconque pays aura rassemblé un dream-team pour affronter l'équipe de France de littérature*, on en reparlera. Mettons que le Québec figure en très bonne posture dans la 75e division, juste devant les Iles Marshall, mais un peu derrière le Ghana.

* Si j'étais le coach !
Premier trio : Céline, Baudelaire, Molière. Second : Beauvoir, Montaigne, Rabelais. Troisième : Flaubert, Rimbaud, Nerval. Trio bing-bang : Sade, Lautréamont, Debord.

Défense : Balzac, Racine, Villon, Voltaire, Hugo, Pascal.

Dans les buts : Proust et Zola.

Dans les gradins, en cas de blessures (juste pour démontrer la profondeur) : Camus, Sartre, Stendhal, George Sand, Maupassant, De Musset, Montesquieu, Rostand, Gracq, J. Vernes, Houellebecq, Sollers, Vian, Dumas, Verlaine, Lafontaine, Valéry, Pagnol, La Boétie, etc.

Honnêtement, la première minute, en jouant la trappe, le Québec a une chance de garder le score bas. Mais quand les cinq premiers sont au banc… uhm… Je voudrais pas voir Aquin opposé à Montaigne sur une mise en jeu ou Laberge tenter de suivre Rabelais en zone centrale. Ceci dit sans préjudice et sans limiter la généralité de ce qui précède.

jo jaguar a dit...

Les français, les québécois, les barbus, les philatélistes, les footballeurs; tout ça c'est pareil!

sandra gordon a dit...

Éric, ton analogie footballeresquiante a créé des images pas possibles dans mon esprit. Ça ferait un ostie de bon film!

Mais faudrait mettre des sous-titres pour les français.

É. a dit...

Oah, moi je voyais ça comme des clubs de hockey, tsé… Je connais trop mal le foot. Pis l'analogie est trop poche au foot, le Québec est habitué de se faire planter. Alors qu'au hockey, donnez-moi l'indépendance et je vous ramène la médaille d'or !

Vinosse a dit...

Punaise confondre foot et hockey, c'est pas permis!
M'enfin!

Moi je préfère le rugby!!!!!!!!!!!

Mercurius Mendax a dit...

Bien dit ! Et largement d'accord avec la composition de l'équipe. Il en manque juste un, mais je m'en occupe, vous verrez bientôt.

sandra gordon a dit...

Vinosse : La trappe, les trios, je ne connais rien là-dedans. Je m'assume en totale nounoune du sport! Je jouais à la ringuette quand j'étais jeune. Fallait s'enligner su'l beigne sans trop s'péter la fraise, pis ça s'arrêtait là. J'ai pas fait une saison :)

Je me reprends, donc, pour les amateurs de hockey et/ou de football : Éric, j'l'ai trouvé rigolo ton truc sportiviesquiante avec des joueurs de ligue littéraire. Par contre, t'as pas choisi les meilleurs morceaux dans l'équipe adverse. Ta recrue déguisée en belle puante, c'est pas vargeux. :D

É. a dit...

Oah, je vois ça se dessiner… On va devoir prendre les candidatures ! Appel à toute et tous ! Le tournoi de hockey littéraire universel est sur le point de débuter. Qui proposez-vous pour l'équipe du Québec ? Je vais bosser sur celle des É-U, pendant ce temps.

Mistral a dit...

Pour commencer, pas Aquin. Je propose toi, tiens. Ça prend un goon!

Gomeux a dit...

Y faudrait Leonard Cohen et Mordecai Richler à la D.


Pis Nelly Arcan aux Hot-dogs.






Code:
minies

Mistral a dit...

Nelly all undressed.

Gomeux a dit...

2 piasses et demi, mister.

Mistral a dit...

Chté laissé les saucisses. I'll keep the buns.

Gomeux a dit...

Goute le plastique anyway...

Mistral a dit...

Faut pas mordre, boswell...

Faune a dit...
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Mistral a dit...

Hey, that's pretty fucking good! Du PM d'un faune au Sacre à Puck au Songe!

Attends seulement que Big Mac se réveille. S'tie, les os de Devos cliquaillent qu'on les entend d'icitte.

sandra gordon a dit...

Halte-là, halte-là, halte-lààà! La LNH, j'm'en sacre, mais pour la HLU, je suis prête à faire une exception.

Mais je vois ça de loin, moi, ce match-là. Y'a pas que les joueurs à sélectionner et les vendeuses de hot-doye à déculotter... Faut penser aux coachs qui vont devoir gérer tous ces pontes des belles-lettres - fuck! - le yable va pogner, c'est certain. Accrochages entre joueurs(joueuses) mégalomanes, conflits de personnalités, ça va jouer roff. Il nous faut des arbitres à gros bras.

Sans oublier la bande des six joueurs frustrés, assis à l'écart, qui vont se faire un mégaphone à gueuler des bêtises aux recrues et à huer les vétérans. Damnées critiques!

Point diablement positif et non négligeable : on verra, dans les bulletins les nouvelles sportives, des joueurs capables d’enligner des commentaires intelligibles, édifiants et truculents. Un petit renippage langagier dans les vestiaires, ce ne serait pas déplaisant.

Je ne connais rien aux positions stratégiques du hockey, mais je propose Claude Gauvreau, Patrice Desbiens et Louis Hamelin. Vous les placerez où vous voulez. Ma seule requête : veuillez réserver un spot particulièrement émérite à mon troisième choix.

Si on s’y met, je pense que l’équipe du Québec a de fortes chances de gagner ses épaulettes, maluron malurette.

Mistral a dit...

Well, Gauvreau's dead, Patrice n'est pas compétitif et Louis, crisse, Louis a already un spot émérite: c'est le seul qui me vaille.

Sauf peut-être un certain Mohawk entartané.

sandra gordon a dit...

Gauvreau's dead, Gauvreau's dead...

Rabelais, Stendhal et Montaigne sont morts depuis belle lurette. C'est le tournoi de hockey littéraire universel. Éric semble opter pour un match fantastique qui inclut les trépassés, non?

Quoique... avec une équipe de joueurs vivants, on augmenterait sûrement nos chances de se rendre aux séries éliminatoires. Se battre contre des macchab décomposés, c'est de la rigolade.

Mais encore là, j'hésite. Faut jamais sous-estimer le pouvoir des morts.

Une petite game d'hockey, m'sieur M?

Mistral a dit...

Mac n'a inclus QUE des macchabées.

Faut repêcher parmi Claude-Henri Grignon, Germaine Guèvremont et Gérard Bessette. Notre arme secrète: Yves Thériault. Et une couple d'autres qu'on dira plus tard...

Le hockey, Sandy, c'est cool, viril, violent, mais c'est un jeu de fifs à côté de la littérature. Alors non, je décline. J'aime mieux continuer ma game de litt avec mon team.

Mistral a dit...

Tout ceci est parti d'un comm de Butch repris un peu de mauvaise foi par ce vieux Mac qui défendait la France.

Butch en sait plus long sur ces dead frogs que mac et moi réunis, ce qui n'est pas peu dire. Mais il parlait de la France littéraire actuelle. Et oui, calvaire, on les torche, la crosse dans le nez.

sandra gordon a dit...

Viril, le hockey? Je dirais plutôt bourrin. Viril, pour moi, c'est loin d'être ça. PAAAAATCLAW (ça, c'est le bruit des foudres).

L'entreprise de repêchage virtuelle sera ardue due due due.

Mistral a dit...

Crisse, le bruit de foudre, c'est tellement ça! PAAAAATCLAW!!!

Le son des foudres, c'est autre chose, cependant. Les tonneaux, I mean. Qu'on met en perce.

sandra gordon a dit...

Zavez pas le vin joyeux?

Mistral a dit...

Pas si j'en crois les gazettes...

sandra gordon a dit...

Les gâzettes, c'est fait pour y mettre nos épluchures de patates.

Gomeux a dit...

Desbiens, je le prendrais dans mon équipe aussi, mais ça va lui prendre sa citoyenneté québécoise pask y vient de Sudbury.
Tsé.

Ah oui, et Mac avait déjà fait un tableau sur le site de notre équipe y a 4-5 ans, y avait des écrivains de partout dans la galaxie dans les équipes littéraire.
Et ceux du Québec.

Me demande bien où c'est passé...

É. a dit...

Marde, j'ai posté mon équipe Étazunienne ce matin et on dirait bien que ça a chié. Je vais essayer de retrouver cette archive, Gom, j'avais oublié qu'on l'avait fait pou-le-vrai.

J'ai même eu une idée de dingue ! On va organiser des matches ! Hi hi hi ! Ça mijote.

Mercurius Mendax a dit...

Equipe suisse romande (petite équipe, je le reconnais; comme vous ne connaissez pas tout, je mets les prénoms):

Premier trio : Agrippa d'Aubigné, Jean-Jacques Rousseau, Yves Velan.

Deuxième trio: , Charles-Ferdinand Ramuz, Jean Calvin, Philippe Jaccottet.

Troisième trio: Germaine De Staël, Jacques Chessex, Robert Pinget.

Quatrième trio: Catherine Colomb, Jean de Léry, Jean-Marc Lovay.


Défense : Henri-Frédéric Amiel; Benjamin Constant, Théodore de Bèze, Rodolphe Toëpffer, Charles-Albert Cingria, Alain Bagnoud.


Dans les buts : Blaise Cendrars (un manchot!), Nicolas Bouvier

Mistral a dit...

Y aurait-il meilleur goaler que Scarron?

Faune a dit...
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Mistral a dit...

Grace Metalious. Ses pads duraient trois périodes.

É. a dit...

Merci Mendax ! Je crois bien (mais je n'en connais que deux) que la Suisse va compter sur son gardien tout étoile pour éviter le pire.

Quant à la controverse Bessette, je tiens à dire que la commission saura se montrer d'une totale absence de rigueur pour ces questions futiles de frontières. Bessette peut jouer pour l'équipe du Québec, comme Kerouac, et faudrait demander à Antonine Maillet si elle veut s'aligner aux côtés de Mistral et Hamelin, ou de Ondaatje et Atwood.

Mistral a dit...

Quelle controverse Bessette? Il est né au Québec, même s'il eût l'indélicatesse de crever à Kingston. Tu dois parler de Patrice.

Antonine est du trio Acadian Angels avec Herménégilde Chiasson et Gérald Leblanc.