samedi 1 novembre 2008

Grandeurs et misères de la technologie

Je suis chez de formidables Argentinos qui aiment la zique et je trouve dans une pile de 33 tours la vieille chanson de Louis Jordan What's the Use of Getting Sober (When you gotta get drunk again). Je demande la permission et dans l'enthousiasme général, je sors le vieux disque de sa pochette pour le déposer sur la table tournante. Le petit Charles, 7 ans, me regarde faire avec des yeux comme des boules de billard et glapit :
— Oah ! Ce qu'il est grooooos, le CD !

14 commentaires:

sandra gordon a dit...

T'as pas un vieux walkman jaune caché kekpart dans tes sacoches?

É. a dit...

Sandra, c'est une façon subtile de dire « tag », ou pas ?

À 14 ans, première jobine en typographie, je me tapais 90 minutes aller, 90 minutes retour, 4 jours semaine pour me rendre au boulot en partant de l'école. Mon tout premier chèque est allé direct dans un walkman. Le gros gris, le tout premier. Un moron m'a bousculé à la sortie du métro, un jour, et le walkman s'est pulvérisé sur le béton. Les gens marchaient sur les trente-six morceaux, sur la cassette, ma chère cassette de Dark Side of the Moon.

J'ai bien dû m'en payer dix de ces petites merdes fragiles, au cours des années, juste parce que sans elles, sans ma musique, c'était trop insupportable, trop gris, trop moche. Le dernier que je me suis procuré était un lecteur de CD invulnérable. J'étais plus à l'usine, j'étais vice-président Interface. Mon père s'en sert encore, de celui-là.

Toutes ces babioles voyagent avec moi, oui. Mais pas dans les sacoches.

sandra gordon a dit...

Par chez nous, on ne disait pas "tag", on disait "totch".

"Totch".

Parlant walkman, je n'ai pas eu le tout premier modèle - ni celui de type sportif, jaune pétant - j'ai eu un modèle entre les deux. Je devais mettre un élastique tout autour pour maintenir la cassette en place. L'avais échappé moi aussi. Mais heureusement, je n'ai pas vécu la tragédie du trente-six morceaux.

Ah, sacrées sacoches. :)

Doparano a dit...

Le premier bidule du genre que j'ai eu était cassettes-less. Y'avait que le Radio Am FM. J'étais tellement heureuse qu'un ruc semblable puisse exister, c'était le summum de la technologie, malheureusement à l'époque la musique ne m'interressait pas tant que lors de l'arrivée du bidule à cassette l'année d'après.

Il ne me quittait plus et tenait uniquement par des élastiques et du scoth tape tellement il fût trimballé partout.

Doparano a dit...

En passant... attends toi à ce que ton Héron te fasse une dépression nerveuse grave à porter un prénom qui va le confondre sur son identité sexuelle de la sorte.

FRANCINE franchement!

É. a dit...

Que ça soit bien clair, alors, Sandra, tu as dit « totche », alors, oui, c'est bien confirmé, j'ai la totche ?

Miléna a dit...

Je me suis fait volé mon gros jaune pendant la coupe du monde à Paris, par un gamin de 15 ans qui avait déjà un air de p'tit truand des ruelles. Il m'a piqué mon walkman et il s'est poussé en courant. J'ai fendu la foule pour le rattraper, j'étais enragée. Mais y'avait des millions de personnes sur les Champs El', alors je l'ai vite perdu. J'étais pas contente. Les voyages ne sont pas les mêmes sans musique.

sandra gordon a dit...

Je confirme la totche, Éric :) Si ça te dit de jouer, bien entendu.

É. a dit...

Ok, San, je joue. Attachez vos tuques, y aura de la poussière.

sandra gordon a dit...

* * .
. * .. *
* . * .
* . . * .
. . * * .
.*. *
* .
. *.
. * *.*
. . . * . . * . .
-poussière qui lève, watchez ben ça.

É. a dit...

Magnifique poussière… On la respirerait !

Mistral a dit...

Looks like magic dust, fairy sandy poussière d'étoiles...

Do: moi itou, mon walkman number one, guère plus qu'une radio avec des écouteurs. God I'm old.

sandra gordon a dit...

fairy sandy poussière d'étoiles... ouain. J'aime ça. Chuis pas juste une dirty old woman tsé.

Mistral a dit...

T'es un bébé. Dirty, sure, womanly certainly, but young and feisty still.