dimanche 11 décembre 2011

Bientôt à la maison

Je suis de retour en douce (uhm) France, chargé comme un mulot-esclave des zombies de la mort-violette, ployant sous le faix de ma Blonde (légendaire Telecaster que j'ai sortie en accord parfait de sa caisse après deux avions, trois cent km de bagnole et au moins six marathons de couloirs divers), d'un gros sac de machins de studio (je crois que je vais faire un disque, encore, eh, eh, eh) et d'une poche de hockey gigantesque, bourrée à craquer de bouquins. Tout Hemingway, tout Bukowski (sauf celui que t'as encore, Gaston !), tout Joyce, tout Bernhard, pas mal de Hamsun-Carver-Fante-Galeano-Burke, des Céline introuvables et cætera. J'ai été forcé de laisser tout ce qui se dégote facilement ici, parce que mon bagage extra faisait pile la limite de 32 kg. J'accepte par conséquent les dons de Beauvoir, Duras, Camus, Gavalda (joke) et surtout les principaux Louis-Ferdinand, légués le cœur léger à ma très chère amie Suzanne. Forains, libraires, bouquineurs, me voilà, soyez parés !… Reste plus qu'à acheminer tout ça vers mon village — 70 kg en tout—, à monter les cinq volées de marches jusqu'à ma chambre sans écrabouiller Modestine, puis à me procurer tout plein d'étagères, et hop ! Ça sera presque maison, sucrée maison. Tu viens, Faérie ? Rhôô, dis ?

4 commentaires:

Venise a dit...

Tiens moi qui pensais que tu nous avais adoptés.

Faut dire qu'une maison en sucre, ça se ne s'abandonne pas si facilement. Tu mettras ta garnison de bouquins sur des tablettes de chocolat.

É. a dit...

Ah, ça m'aurait bien fait plaisir de prendre l'habitude de ces petites visites, chère Venise. Seulement, avec la rouste que mon roman est en train de se prendre dans les médias proprets de mon pays natal, c'est à la nage que je devrai faire la traversée.

almanachronique a dit...

Beauvoir, Duras, Camus.... je devrais pouvoir te trouver ça...
Gavalda??? t'es sûr???
Acheminement... j'ai des copines au sud de la Loire ; je vais les voir de temps en temps.
Alors, si t'es pas pressé, si Modestine m'accepte à l'étape (j'aurai une offrande), tu pourrais les avoir entre cet été et l'année prochaine...
Hors de blague, il m'arrive de recevoir des caisses de livres (ch'uis bibli aussi) qui ne collent pas avec mon "lectorat", restreint hélas. Je garde à la maison, mais ça commence à se bousculer dans les rayons...
Fais ta liste...
kiss
P

É. a dit...

Chère Almana,

Je suis tout à fait preneur de pas mal de trucs que j'ai dû abandonner derrière pour une question de limite de cargo. Essentiellement, les bouquins français, sauf les rares, ont servi de lest, puisqu'en théorie je pourrai les récupérer pour pas cher aux puces et dans l'usagé (ma librairie préférée d'Arles va fermer, justement).

Qui sont-ils ?
Céline, Muray, Sollers, Camus, Duras, Beauvoir, Nerval, Stendhal, Zola, Voltaire, Hugo, Musset, Nin, Flaubert, Lautréamont, Aurevilly, Sue… etc. Je suis preneur.
:0)