jeudi 6 octobre 2011

Steve Jobs
24 février 1955 - 5 octobre 2011


Sans lui, ces gros cons chez Microsoft auraient forcé l'humanité entière au command line jusqu'à la fin des temps. Si Jobs a contribué plus que d'autres à façonner le principal outil de travail sur Terre, c'est surtout par son obstination, sa détermination, sa hargne dans son épique combat contre les vieux (et jeunes) nigauds ingénieurs-flics de l'ordre établi qu'il aura laissé sa marque. Les icônes, dossiers, curseurs font désormais partie de la vie de presque tous les habitants du monde industrialisé. Un des cent métiers absurdes que j'ai pratiqué au cours ma longue vie aura été celui de designer d'interfaces. Ce boulot, qui est celui de l'ombudsman de l'usager auprès de la confortable schizophrénie des techniciens, n'aurait possiblement jamais vu le jour sans l'homme au « champ portatif de distorsion de la réalité ».
Requiescat in pace.

16 commentaires:

Doodle a dit...

Dire que j'aurais pu tomber dans l'enfer de la drogue si je n'étais pas tombée sur des tripeux de Mac comme toi. Putain que ça été un événement heureux 1Mb de mémoire ! Aujourd'hui on ne s'étonne plus de rien. Je parle comme une vieille. J'suis vieille ! Mon espérance de vie à augmenté de 20 ans grâce à Steve ;-)

Gomeux a dit...

Salut.

Anonyme a dit...

Sorry. J'ai refusé et persiste. L'esclavage était prévisible.

Et faites taire vos putains de cellulaires de merde!

Dood a dit...

Dan ?

piedssurterre a dit...

Hé oui, c'est génial les Mac !
Rôôôôôô ...

RAINETTE a dit...

je dis comme Françoise :)

Anonyme a dit...

Gardons-nous quand même de cette tentation maladive qui consiste à superhéroïfier ceux qui prennent les contre-allées du commerce, de la pipolisation, de l'enrichissement et autres joyeusetés capitalistiques pour arriver au même but que les autres : le monopole. Un David qui réussit devient aussitôt un Goliath.
pHiLo

É. a dit...

/list
/list programs
/list web apps
/run web comment word plus™
/ --0--welcome to web comment word plus™
/hit any key to start
/please wait
/please wait
/please wait
- - - - - - - -
Mais, mais, mais ! C'est Philo !
Comment vas-tu yau de ture en zinc de poile à frire ?!
- - - - - - - -
/character count limit reached. Erase characters or start new comment
/"crisse de tabarnak de ciboire de sacrament d'esti" - command unrecognized
/"fuck, putain, chiotte" - command unrecognized
/abort, retry, ignore?
/abort, retry, ignore?
/abort, retry, ignore?
/please wait
/please wait
/please wait
/please wait
/"pfft" command unrecognized
/abort, retry, ignore?

Yvan a dit...

:0)

Anonyme a dit...

Ça roule, Raoul.
Sinon, l'émancipation des OS par rapport au Prompt c:/> ne doit techniquement rien à Steve Jobs. Lui, comme Bill Gates, exactement à la même époque, ont sucé l'idée chez Xerox, qui mettait au point depuis plusieurs mois une GUI.

É. a dit...

Cher anonyme, ce n'est pas ce qu'on raconte dans le milieu du design d'interface. En fait, j'ai lu quelques bouquins qui racontaient tous la même histoire, c'est-à-dire que Jobs désirait une interface graphique pour le successeur du Apple II. Xerox-Park en avait une à vendre, à laquelle ils ne croyaient nullement. Apple a acheté cette GUI et hop ! Le Macintosh était né. Le Lisa, de triste mémoire, poursuivait l'autre voie et, beh, personne ne l'a acheté, parce qu'on a tous et toutes voulu une souris !

Ce n'est que de longues années plus tard que les cravates brunes de MS ont compris qu'il n'y aurait pas moyen de retourner en arrière (après nous avoir juré que c'était mieux de taper chaque commande, car ça apprenait la dactylo, c'était plus sécuritaire, ça faisait plus sérieux…). Ils ont alors contracté une licence limitée d'Apple pour le "look and feel" du Mac OS. Bonjour Windows. Ensuite, ces mêmes chaussettes-beiges ont engagé une armée d'avocats pour leur permettre de renier l'entente, de briser plein de clauses et ont refusé de payer leur dû lors de la publication des versions suivantes.

Gates, fils de banquiers milliardaires, savait comment s'y prendre pour se remplir les poches.

pHiLoGrApH a dit...

L'anonyme, c'était moi (pHiLo).
Certes les dates de sortie et les licences attestent la primauté de Jobs sur Gates. Il reste que, alors que Jobs avait commandé un tableur (Multiplan) à Gates pour produire un mac bourré de logiciels prêts à l'emploi, Gates annonce en novembre 83, au Comdex de Las Vegas, qu'il prépare un GUI nommé Windows guidé à la souris. Apprenant cela, Jobs demande qu'on lui amène Gates le lendemain dans son bureau. Après s'être fait engueuler et traiter de voleur, Gates rétorque que son inspiration provient, tout comme celle de Jobs, de chez Xerox . Du coup, Jobs se calme car 1. il sait que c'est vrai et 2. il a besoin du tableur de Gates pour sortir le mac à temps pour le Superbowl de janvier 84.
Source : interview de Steve Wozniak sur la BBC il y a quelques jours.

É. a dit...

Philo ! C'est vraiment chouette de te revoir dans la boîte !

Allons bon. Jobs au ciel, Wozniak gâteux.
/compute
/failed
/abort, retry, ignore

Il me semble, mais je manque de temps pour faire une vérification, qu'Apple a acheté Xerox Alto OS, issu de chez Xerox-Parc. C'est à ça que servent les brevets, uhm ?!

Par contre, tous les aspects créatifs des OS pré-Spindler (je ne tente même pas de le googler pour l'orthographe, ce nouillon) étaient d'origine Jobsienne. Ce que les Macqueux prennent pour acquis, le wysiswyg, la gestion de la typo et des couleurs, la musique (malgré le retard inouï que leur imposèrent les avocats des Beatles), le traitement de texte (Macwrite a littéralement assassiné Easywriter et WordPerfect - qui s'en souvient ?).

J'entends souvent « il n'a rien codé ». Boah-ouah-ouah. Reproche-t-on à Gaudi de ne pas avoir posé les tuiles lui-même ?! Et Gates sait-il où se trouve la touche «<» ? Jobs a toujours été un charmeur plus qu'une brute. C'était un modèle ancien d'États-unien, à la JFK, à la Thoreau, libre dans la tête. Peace, love and understanding, mais je vais gagner, triompher quand même. Il s'est attaqué à IBM et à MS sans les prendre de front dans monde réel (la pub prétendait le contraire, mais la pub, c'est presque moins fiable que le journalisme). Enfin.

Bref, Requiescat machin…
Bises, cher Philougriffe !

MakesmewonderHum a dit...

Ouien! Mais Amiga de Commodore les avait tous les deux perdus dans son sillage pour ne pas dire vortex! Ses ingénieurs et concepteurs arrivaient sûrement d'un autre planète pas mal plus créative et visionnaire qu'eux.

vibromasseur a dit...

tres bon mreci

sex shop a dit...

merci