vendredi 4 novembre 2011

C'était un Petit Bonheur

Une belle longue promenade le long de la vallée immense. Public charmant. Jam session entre deux chevronnés des anciennes pluies. Les escarpements, les vieilles pierres, la charge historique. Une certaine détente, aussi, que j'avais oubliée, si paradoxale dans ce creuset des fascismes ordinaires, une sorte de douceur générale au cœur de tant de dureté. Peine à croire. D'où sont donc sortis tous ces votes ? En tout cas, Québec est aussi anglicisée que Montréal, sinon plus. Ça frappe plus fort, dans ce bled à 95 % franco. Ce ne sont pas les anglophones, qui font progresser la langue de George Bush au Québec ; on dirait bien que ce sont les Québécois eux-mêmes. Il me semble que Malcom X parlait de ça manière très précise et impitoyable, non ? Ou était-ce Nietzsche ?

Pardonnez-moi de bâcler et de paraphraser sans vergogne, il me reste trois minutes… Je crois que la maxime était : «  il n'y a pas d'esclavage sans esclaves ». Et soudain, juste au moment de refermer le couvercle de mon ordine, je me sens presque convaincu d'avoir plutôt lu ça chez Wilhelm Reich. Psychologie de masse du Fascisme ? Tu-hu-huu ! Je me complais, je laisse ça ainsi. On y reviendra. Tsé. Des livres à vendre !

13 commentaires:

Anonyme a dit...

J'me sens pas concernée, j'habite sur l'autre rive du Fleuve ! :o)

Malgré tout, j'en reviens pas de constater qu'après 4 ans en France, tu détestes la ville de Québec avec autant d'application que n'importe quel Montréalais ! Les touristes français EUX ils aiment Québec !!! ;o)

Pas grave, j'te ferai des gros yeux lorsque j'te verrai dans deux semaines.

Mel xx

É. a dit...

Je ne vois pas en quoi nommer un chat un chat… Je ne déteste pas, pas dans ce billet, en tout cas. Je ne fais qu'observer et me questionner. Reste que si Québec avait voté oui en 95…

Anonyme a dit...

Changeons de sujet : es-tu allé voir la gang d'Occupons Québec ?

Paraît que ça brassait hier soir à 5 minutes de marche de l'endroit où tu étais.

Ils ont démontés le campement du jardin Saint-Roch aujourd'hui...

Mel

Anonyme a dit...

Oups, démonté pas de s.
Je m'emporte un peu...

;o)

Mel

É. a dit...

J'offre tout mon amour et toutes mes sympathies aux jeunes camarades qui croient encore au système. En plus, le camping, j'aime bien. Mais je préfère les montagnes ou les forêts. Apparemment, c'est un super plan pour rencontrer des célibataires pas trop cons. Si je trouve cinq minutes, j'irai certainement.

Gaétan Bouchard a dit...

Les jungles, les forêts et les toundras nous font rencontrer des êtres vrais qui ne se bourrent pas de pilules.

Tous mes hommages pour ta patience à affronter des foules dans un cadre urbain.

Je me rapproche de Dersou Ouzala en vieillissant. «Les collectivités ne pensent pas.» Simone Weil

Gomeux a dit...

Devrait juste appeler ça Quebec City.
Ce serait plus honnête.

Anonyme a dit...

Cet été, en plein Festival Fantasia (vive Montréal), j'ai eu une discussion avec un ami qui trouve que Québec "c'est d'la marde" et qui ne partage pourtant pas la même opinion que vous, messieurs Gomeux et McComber...

On parlait du spectacle de Metallica qui avait eu lieu la veille sur les Plaines. Mon copain critiquait les spectateurs de Québec qui ne comprenaient pas bien l'anglais et qui réagissaient n'importe quand et n'importe comment aux propos de James Hetfield.

Donc, Gomeux et Éric, j'sais pas d'où vous vient l'idée qu'on parle trop en anglais à Québec, mais si c'est le cas, j'aimerais qu'on m'explique comment ça se fait que j'arrive jamais à voir un ostie de film en version originale anglaise dans mon coin !!! ;o)

Bises à vous deux !

Mel

Gomeux a dit...

Je disais Quebec City, pask ça fait plus canadian, pour le vote du non, des conservateurs, de l'ADQ, alouette.

La guerre Montréal-Québec, je l'ai profondément loin.
C'est pathétique.

Je n'aime pas Québec pour mes raisons bien personnelles, et ça fait longtemps.
Essentiellement, y a trop de monde d'Amqui là-bas.
"Pask c'est plus propre que Mourial."
Lire: Y a moins de races.

Voilà.
Signé, un amquiien qui n'aime pas Québec pour sa pâleur mais qui aime bien se promener sur St-Jean au printemps quand même, eh.

É. a dit...

C'est d'affichage, qu'il est question, de la prépondérance dans le tissu urbain, de l'oxydation de la langue, etc. Je ne déteste pas Québec. Au contraire. J'y ai vécu de très mémorables moments. J'aime même les deux cent mille néonazis du coin. Comme tous les fachos de toutes les époques, ils sont simplement confus, terrifiés et castrés.

Anonyme a dit...

LOL !!!

C'est bon, j'abandonne !
Éric et toi êtes trop imaginatifs dans vos raisons de détester Québec.

Moi, j'vous adore, j'aime passionnément Montréal et tant pis si c'est à sens unique... ;o)

Mel xx

zoé lucider a dit...

Ca serait-y pas notre cher La Boétie qui nous a tout dit de la servitude volontaire ?

É. a dit...

Pour être esclave, il faut que quelqu'un désire dominer et... qu'un autre accepte de servir !
— La Boétie

L'esclave qui obéit choisit d'obéir.
— Simone de Beauvoir

Tout esclave a en main Le pouvoir de briser sa servitude.
— William Shakespeare

J'ai découvert ce qui faisait de toi un esclave : tu es ton propre argousin. Tu es seul et unique responsable de ton esclavage. Toi et personne d'autre. Moi, je te dis : ton seul libérateur c'est toi !
— Wilhelm Reich

La mort est la seule liberté que connaisse l'esclave.
— Stanley Kubrick

Esclaves, ne maudissons pas la vie.
— Arthur Rimbaud

Il n'y a pas de maître sans esclaves
— Friedrich Hegel