samedi 5 novembre 2011

Laver ses Choses dans un endroit…

J'entre dans la buanderette (le lavoir, pour les cousins hexagonaux). Première surprise, il y a un être humain sur place, qui me renseigne, me fait de la monnaie, me parle. Seconde surprise, ça ne coûte pas grand chose. J'avais apporté une scie pour détacher mon bras, mais je n'ai pas eu besoin de la sortir. Troisième surprise, le cycle dure 20 minutes, contrairement aux vingt jours standards en la douce France.

Bon, je n'ai clairement pas grand chose à raconter. Je suis rentré de Québec hier soir, j'ai regardé le triomphe des Canadiens de Môrial dans un vrai de vrai bar digne de ce nom, avec table de billard, poker électronique, chiottes qui puzent et péripatéticiennes désœuvrées. J'avais faim. Je suis sorti entre les périodes, mais à part les endroits qui font l'objet d'un boycott permanent, il n'y avait rien d'ouvert. J'ai vu un sandwich dans une vitrine, je suis entré. Une dame courte, blonde et vigoureuse m'a répondu. Dans le comptoir vitré, il y avait des pyramides de pierogis. J'ai regardé autour de moi et, lentement, j'ai fait :
— Tchecht ?
La dame s'est éclairée d'un large sourire.
— Tak, tak.
— Dyen dobre !
— Dyen dobre.

J'ai dévoré douze pierogis avec confiture d'oignons et crème sûre, arrosés d'une bière à trois sous. Les Habs ont gagné. Je suis rentré dormir. Je devais ronfler à 11h30. Tôt debout, ramassage de mes chemises qui traînent partout. Hop, dans le sac. Cætera.

Me vlà à la buanderie en train de choisir le cycle. Et je me demande soudain combien de fois j'ai mis mon linge dans une machine à laver, et dans combien de villes et dans combien de pays, dans ma vie. Je me rappelle d'une salle de lavage complètement bigarrée en Ukraine et d'une autre toute ouverte sur la plage à Cienfuegos… Et je me demande soudain combien de fois je mettrai encore mon linge dans une machine à laver, avant le grand jour où je changerai d'univers. Pis, y a-tu des machines à laver, au ciel ? Va savoir.

5 commentaires:

manouche a dit...

Avec ou sans famille, quand tu arrives au Paradis tout le linge sale a été lavé.

É. a dit...

Ouah, Manou, c'est beau, ça.

Gomeux a dit...

Diantre, Manouche, quel ajout!
**
T'as écouté ça où coudonc? Sur Frontenac?

É. a dit...

Su Fullum, man. Beaubien, à soir ou bedon ?

anne des ocreries a dit...

Ici, on dit une laverie ; pis la pièce d'une maison où y a la machine à laver, et où on lave le linge et où on le sèche, avant que ça se passe dans les salles de bain, ça s'appelait une "buanderie" - parce que faire la lessive, dans mon Berry, ça s'appelait "faire la buée". Du temps où on trempait son linge dans une lessiveuse, avec de la cendre.....Chez mes parents, il y a une "buanderie". une pièce du sous-sol que mon père avait dédié à cet usage ; on y range des tas de choses, il y a un évier, des fils à linge tendus sous le plafond, et la machine à laver.

T'as pas fini avec le linge, je crois. :)