vendredi 25 novembre 2011

On Assassine La Solde !



L'avantage de la gloire : avoir un nom trimbalé par la bouche des sots !
— Jules Barbey d’Aurevilly

14 commentaires:

RAINETTE a dit...

Une crise de la trentaine ? Ya pas de crise de la trentaine.

Gomeux a dit...

Wouah!
C'est délirant!

Mistral a dit...

C'est vrai, bon, que tu jures, te saoules, baises, vis comme un porc, mais c'est pas de ses beeswax. J'y pète une rotule ek mon Louisville Slugger? OK, ok, je l'sais, tu voudras pas, tu veux jamais. Pis mon exercice, moi?

É. a dit...

Rainette, stie, t'es même pas venue à mes shows. Pfft.

Gom, n'est-il pas ?

Mist, chauffe ton louiseville, y a l'article de La Presse qui arrive.

Yvan a dit...

Shocking isn't it!?
Quasiment criminel.
Jurer est intolérable.

J'astique le douze pompeux
full choke au cas où il y aurait quelques volatiles à ramener
sur terre.

É. a dit...

Trois crimes, si je comprends bien, sont impardonnables. Écrire, être libre, et l'écrire.

Gomeux a dit...

On a remplacé quelques milliers de curés par des millions de prêtres de l'ordre et de la discipline.

Me semble de voir La Presse...

Yvan a dit...

Oui,bien dit!
Faire oeuvre de résistance
en posant actes de liberté mûre
dans l'époque vécue implique souffrance et abnégation.

Venceremos!

Yvan a dit...

La liberté d'expression
a toujours été bâtonnée,anyway.
Seules les façons de la faire
taire ont changées,avec le temps.

Pauline Marois est une bourge finie!
Jean Charest une merde!
François Legault un cloaque
de droite!

RAINETTE a dit...

j'reste en banlieue et je sors quasiment jamais sauf pour aller au travail. Sinon je serais allée, bin sûr, mais juste si ça se passe dans le jour, à clarté.

Laure K. a dit...

idem que rainette.

Et puis ma banlieue est encombrée par l'océan. Hooo je sais, c'est encore une mauvaise excuse.

Jean-François Thibaud a dit...

Moi je trouves cette critique excellente. C'est un crime que d'être contre l'existence. Au pilori les détesteurs d'existence.

Get 'em up against the wall! ... If I had my way, I'd have all of them shot!

RAINETTE a dit...

Laure, tu peux traverser à la nage et ça coûte rien, voici le trajet :

http://descary.com/google-maps-recommande-la-nage-comme-moyen-de-transport/

On t'attendra avec des serviette moelleuses et chaudes.

Le plumitif a dit...

Il ne faut pas non plus négliger les bénéfices collatéraux d’une mauvaise critique. Tout le monde n’est pas comme moi, sans doute, mais je ne dois pas non plus être le seul. La critique compte rarement dans mes choix de lectures, du moins pas directement, vu que je courre pas après et qu’elle ne nous saute pas dans la face, en général. Mais, quand le hasard me met en présence d’une critique, souvent, des aspects prétendument négatifs vont justement attirer mon attention sur l’ouvrage décrié. D’ailleurs, si je n’avais déjà acheté, lu et fort apprécié La Solde, il y a des éléments qui le condamnent aux yeux de la tentacule littérairement insatisfaite qui auraient plutôt piqué ma curiosité (d’ailleurs, réduire « être en guerre contre sa propre existence » - ce qui est déjà une réduction douteuse - à « être en guerre contre l’existence », c’est crissement défaitiste pour un donneur de leçon de vie…).
Un autre exemple récent, tiens! Je tombe en pitonnant sur Bazzo.tv où elle discute avec son club de lecteurs du dernier Moutier (ah tiens! me dis-je, je l’avais perdu de vue celui-là!), et qui unanimement, si je me souviens bien, n’étaient pas exactement d’un fol enthousiasme, trouvaient quand même le truc assez dur à avaler. Avec des nuances là évidemment et tout en lui reconnaissant d’indéniables qualités mais bon, au total, ça leur restait tout de même manifestement en travers de la gorge… Ben, c’est sûr que ça n’a pas traîné que je mette la main dessus, le dernier Moutier! (Acheté en même temps que La Solde, mais pas encore lu.) Parce que moi, leur commun malaise là, ça m’a drôlement intéressé. Ils auraient dit : Voilà une œuvre écrite dans une langue magistrale, des vérités dures, certes, mais aussi un hymne à la vie à vous arracher le cœur; à mettre entre toutes les mains! Je me serais dit : Moutier est mort ou alors ils ont vraiment loupé quelque chose… Mais là, que ça les dérange autant, ça m’a paru clairement mériter qu’on y regarde de plus près.