vendredi 16 décembre 2011

Clin d'œil à Swan (et à monsieur Biz)

How to Be a Good Writer
by Charles Bukowski


you've got to fuck a great many women
beautiful women
and write a few decent love poems.
and don't worry about age
and/or freshly-arrived talents.

just drink more beer
more and more beer

and attend the racetrack at least once a
week

and win
if possible

learning to win is hard -
any slob can be a good loser.

and don't forget your Brahms
and your Bach and your
beer.

don't overexercise.

sleep until moon.

avoid paying credit cards
or paying for anything on
time.

remember that there isn't a piece of ass
in this world over $50
(in 1977).

and if you have the ability to love
love yourself first
but always be aware of the possibility of
total defeat
whether the reason for that defeat
seems right or wrong -

an early taste of death is not necessarily
a bad thing.

stay out of churches and bars and museums,
and like the spider be
patient -
time is everybody's cross,
plus
exile
defeat
treachery

all that dross.

stay with the beer.

beer is continuous blood.

a continuous lover.

get a large typewriter
and as the footsteps go up and down
outside your window

hit that thing
hit it hard

make it a heavyweight fight

make it the bull when he first charges in

and remember the old dogs
who fought so well:
Hemingway, Celine, Dostoevsky, Hamsun.

If you think they didn't go crazy
in tiny rooms
just like you're doing now

without women
without food
without hope

then you're not ready.

drink more beer.
there's time.
and if there's not
that's all right
too.

13 commentaires:

swan_pr a dit...

oh my, ça se lit tellement bien un à la suite de l'autre! mici :)

Gomeux a dit...

Ça allait bien avec ton bureau, ça.
Dur à oublier...
Vive Buk!

Yvan a dit...

On m'excusera,mais bof.
Ya du meilleur comme du pire
ici. Drink beer,have women.
Buvez de la bière encore.
Baisez plus de femmes.
J'ai lu ça des dizaines
de fois ailleurs.
"Oui je suis un auteur qui boit
baise et écrit,je suis un artiste
hyper-sensible et trash
sur les bords".
Come on! Zzzz...
Alcoolique fini souvent dépassé
mais toujours en lien direct
avec le coeur,soit. So?
On en a lu d'autres.
Grand bien fasse à ses fans.
Respect envers l'auteur
original.

On en est plus là en 2011
bientôt 12 cependant,sorry.

swan_pr a dit...

faire l'erreur de prendre ce qui saute aux yeux et d'en faire un portrait sans profondeur. certains critiques ont aussi emprunté ce chemin...

avec tout mon respect Yvan, la bière et les femmes de Buk ne m'ont jamais privée de la beauté et la vérité de ses mots, qui sont intemporels.

Yvan a dit...

La beauté et la vérité des mots
d'Éric ne sont nullement
en question ici mais ceux
de Bukowski,si.

Yvan a dit...

Vraiment intemporels?
Tant que ça?
C'est discutable à mon avis,
autant les goûts ne le sont pas.

swan_pr a dit...

J'avais compris pour les mots... J'ai seulement trouvé un peu ironique ton commentaire par rapport à certaines critiques de La Solde ("trop de cul", "du cul, on en a assez vu", etc vs. la bière et les femmes).


Pour ce qui est des goûts, peut-être ne se discutent-ils pas, mais ça ne m'empêche pas de ne pas être d'accord. Considérer un poête comme "passé de mode", je trouve ça réducteur. Je n'ai jamais baisé plein de filles (ni même une seule!), jamais bu, ou vécu à sa façon, mais ce n'est pas là, pour moi à tout le moins et je ne crois pas être la seule, l'essence de ses mots. Intemporels par ce qu'ils veulent vraiment dire. Ou en tout cas ce que j'y perçois. Et c'est là la beauté de la poésie. Une question de goût? Peut-être. De perception aussi, sans aucun doute.

Yvan a dit...

La poésie de l'un ou de l'une
nous rejoint ou pas à divers
degrés, n'est-ce pas.

Mes respects envers toi,
Swan.

Éric McComber a dit...

Les 48 chefs-d'œuvres de Bukowski sont à mon avis inattaquables aux plans de l'esthétique, de la narration, de l'engagement et de la forme.

L'immense construction qu'il a laissée fait partie des seules armes qu'il nous reste contre l'avènement de la dictature des matantes.

Je vais terminer en paraphrasant Wilhelm Reich  (je n'ai pas le livre à portée de main, désolé) : « il n'y a pas de fascisme sans répression sexuelle. »

Anonyme a dit...

Avant qu'il ne soit question de goût, savoir ou pas lire compte.

Bukowski cause bière, femmes, sexe?

Ah bon!

Youça?

Matthieu Durocher a dit...
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Matthieu Durocher a dit...

«Maintenant, je m'encrapule le plus possible. Pourquoi ? Je veux être poète, et je travaille à me rendre Voyant : vous ne comprendrez pas du tout, et je ne saurais presque vous expliquer. Il s'agit d'arriver à l'inconnu par le dérèglement de tous les sens. Les souffrances sont énormes, mais il faut être fort, être né poète, et je me suis reconnu poète.»
—Rimbaud, extrait de Lettres d'Arthur Rimbaud dites "du Voyant" à Georges Izambard

RAINETTE a dit...

i doit y avoir une petite erreur kek part.... https://plus.google.com/100273760664730457985/about

(vu en cliquant sur le lien de Matthieu....à mon hénauuuurme surprise !)