mardi 31 janvier 2012

Hantise

Les deux serveuses sont penchées à la fenêtre et regardent le pavillon rétractable tout en discutant de sa position idéale en ce jour de vent et de pluie. Le jeune cuisinier survient et adopte immédiatement leur posture, ce qui en révèle le potentiel comique. Puis il imite leur expression commune en assumant un visage tout à fait hilarant, scrutant l’insondable en leur compagnie tel une vigie au sommet de la Santa-Maria, pile sur le point de déclencher l’ère moderne. Il ne m’utilise pas comme témoin complice. Il se fait sourire lui-même. Il se suffit. Je me reconnais à son âge. Quel bonheur ça doit être. Je ne sais plus faire. Peut-être que je dévolue. Et ça, avec l’idée de mourir sans avoir vu grandir mes enfants, ça doit sans doute être ma plus grande…

5 commentaires:

almanachronique a dit...

Ben des enfants, t'as encore le temps d'en faire si tu n'en as pas... Tu peux aussi regarder grandir ceux des autres, ils ne te réveilleront pas la nuit...
Et aussi faire le pitre , tu as encore le temps... on vit de plus en plus vieux et et bon état par dessus le marché...
Allez, chum... encore un peu de neige et c'est bientôt le printemps...
P

RAINETTE a dit...

Paske Modestine c'est pas ta fille ?

Ah d'accord, tu penses à ses bébés que tu as donnés.

zoé lucider a dit...

Te comprend.

piedssurterre a dit...

Uhm... Très sincèrement quel dommage que je n'aie plus l'âge d'en faire, je t'en porterais un ou deux avec joie...

RAINETTE a dit...
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.