dimanche 12 février 2012

Thomas Bernhard
9 février 1931 - 12 février 1989


D’un côté, pour celui qui vit par l’esprit, la nécessité de s’enfermer au nom de son travail scientifique est la plus primordiale de toutes les nécessités, mais, d’un autre côté, le grand danger est qu’on s’enferme d’une manière beaucoup trop radicale, et qui, en fin de compte, ait un effet non plus stimulant, mais inhibant, et même destructeur sur ce travail intellectuel, et, à partir d’un certain moment, ma réclusion loin du monde au nom de mon travail scientifique avait justement eu sur ce travail scientifique un effet destructeur.
— Oui, 1978.