Biographie

© Ian Lunn 2009

Petite musique
Ça a commencé par le rock n'roll. Batteur sans beat, bassiste mou, claviériste en gants de boxe, guitariste neurasthénique, j'ai fini par faire chanteur hirsute de soul saoule. De là, j'ai gravi les échelons du rien du tout jusqu'à devenir par inadvertance une sorte de bluesman urbain barbu. Tout de même, on va dire 2500 shows. Mon moins pire truc reste Jéricho, groupe honni et banni qu'a vendu plus au Japon et aux States qu'au Québec.


Ratures
C'est sans penser à mal que j'entre en collision avec la littérature québécoise le 11 septembre 2002 au moment de la parution d’Antarctique chez Triptyque, mon premier roman, accueilli principalement avec des râles horrifiés par les bons petits élèves de la lit-bizness québécoise.

Je publie une vingtaine de nouvelles au Québec et en France avant d’enchaîner avec Sans Connaissance en 2007, édité chez Autrement, à Paris. Ce livre est la version propre et splendide de La Mort au Corps, publication que je déconseille.

Perspectives
Depuis l’automne 2007, je vagabonde à vélo et j'ai complété en décembre 2010 un tour de l’Europe de 13 000 km. Goudron le jour, plumes la nuit. Le climat serein du Sud de la France me permet de vivre dans une tente à l'année longue, planqué dans les champs. À l'automne 2011, les affaires reprennent, d'abord avec le roman La Solde, puis un recueil de nouvelles, suivi d'Oro Negro, roman pentacéphale porno-violent, et enfin un pavé cyclonomade intitulé l'Odyscycle. Quelque part là-bas, à l'horizon, Le Mauvais Siècle, essai historique sans ambages qui ressemble à un crépuscule des mythes de la modernité. En parallèle, quelques traductions littéraires pour Autrement, un ou deux disques de blues, un petit tour de boule à vélo… et han ! L'épaule à la roue, quoi.


1 commentaire:

mamacat a dit...

hum,Languedoc -Australie, ça me plait bien.